Je suis toujours ébahi lorsque j'entends des scientifiques affirmer avec conviction que la science finira par tout expliquer. Cette foi inébranlable dans la connaissance humaine ne cesse de me laisser pantois. Il y a également ces gens qui affirment que: si on n'a pas pu mettre en évidence tel phénomène, c'est qu'il n'existe pas!  C'est étonnant à quel point l'orgueil et la vanité peuvent être développés chez l'être humain. Pourtant, le monde que nous percevons et sur lequel est fondée toute notre belle connaissance depuis plusieurs milliers d'années ne représente qu'une toute petite partie de l'univers réel. Et ce n'est même pas moi qui le dit mais les scientifiques eux-mêmes. Selon eux, tout ce que nous voyons ou détectons avec nos instruments représente...0,5% du contenu de l'univers! les 99,5% restants sont formés de matière "sombre" (semblable à celle que nous connaissons mais sous une forme telle qu'elle nous est invisible), de matière "sombre exotique" (joli terme signifiant qu'elle est différente de tout ce que nous connaissons et que les scientifiques ne savent absolument rien à son sujet) et d'énergie "sombre" (encore plus énigmatique que les autres si c'est possible). Et pour ne rien arranger, ce que nous voyons n'est qu'une partie de l'univers. Comme la lumière se propage à une vitesse constante, elle n'a pas encore eu le temps "déclairer" la totalité de l'univers. Seule une portion de l'Univers nous est accessible par la lumière. Aujourd'hui, cette partie "visible" s'étend sur un rayon d'à peu près 15 milliards d'années-lumière. C'est la seule fraction du cosmos que nous pouvons sonder et examiner. Mais elle ne représente pas la totalité de l'Univers ; il y a forcément des régions très éloignées de nous, qui contiennent des astres dont la lumière n'a pas eu encore le temps de nous parvenir.

Bref, c'est comme si on se trouvait immobile dans une forêt couvrant plusieurs centaines de km² avec une lampe de poche qui éclaire autour de nous dans un rayon de 10 m et que l'on affirmait connaître toute la forêt dans ces moindres détails. Voilà l'étendue de la connaissance des hommes!

Finalement, c'est encore Platon qui avait le mieux compris la situation: sans le savoir, nous sommes dans une caverne et observons des ombres sur un mur. Et le pire c'est qu'on n'en a pas conscience et que nous prenons tout ça pour la réalité.