Dès que l'homme commencé à cultiver la terre, il a suivi attentivement la trajectoire du soleil tout au long de l'année, car c'était de lui que dépendait la nourriture, la chaleur et le bien-être. Le cours des saisons déterminait aussi le moment des fêtes. Depuis la nuit des temps, les rites de remerciements et de sacrifices étaient célébrés dès que le soleil atteignait les points significatifs de son orbite, c'est à dire aux solstices d'été et d'hiver. Comme le solstice d'hiver marque le début de la période de l'année où les journées commencent enfin à se rallonger, les anciennes peuplades lui attribuèrent une grande importance religieuse. Les celtes fêtaient ansi le retour de la lumière en brûlant des sapins afin de guider le dieu soleil. Cette coutume s'est perpétuée au fil des siècles en subissant quelques modifications. Elle se retrouve actuellement dans toutes les maisons sous la forme du sapin de noël couvert de guirlandes lumineuses et de boules scintillantes. La plupart des décorations lumineuses collées au fenêtres et aux vitrines répondent au mêm symbolisme: fêter le retour de la lumière et guider le retour du dieu solaire...

sapin

Les romains, quant à eux, invoquaient Saturne, dieu des semailles et de l'agriculture, dont le nom vient du verbe latin Severe (semer). Sa fête, les Saturnales, donnait lieu à de grandes réjouissances entre le 17 et le 24 décembre. A l'origine, les Saturnales avaient lieu à l'occasion des semailles, mais cette tradition se perdit avec le temps. Cette célébration servit peu à peu à justifier toutes sortes de réjouissances effrénées, de fêtes et d'orgies. Le poète gréco-romain Lucien, qui vécut au IIe siècle ap. J.C., décrivit les Saturnales comme une occasion pour boire plus que d'ordinaire, faire du vacarme, jouer et danser, pour nommer des rois et donner des repas aux esclaves. Il régnait une gentillesse à l'égard de tous. Comme pendant nos fêtes de Noël actuelles, on offrait des cadeaux: des porte-bonheur, du miel, des gâteaux, de l'or étaient des cadeaux courants. On décoraient les maisons avec du lierre, des branches de houx et de gui et tout travail, à part celui de la cuisinière et du banquier, était interdit.

Les peuples nordiques, de leur côté, célébraient Njord, dieu de la fécondité et Idun, gardienne "des pommes de providence", nourriture des dieux tandis que les orientaux vouaient un culte à Mithra, divinité de la lumière.

Toutes ces religions antérieures au Christianisme donnaient l'occasion de fêter le solstice d'hiver avec pour but de redonner courage et espoir au peuple effrayé par les sols gelés, l'absence de vie et l'obscurité.

Au 4e siècle, pour enrayer ces cultes païens, l'Eglise chrétienne prit une mesure très astucieuse. La fête de la naissance du Christ fut avancée du 6 janvier au 25 décembre. En effet le solstice d'hiver du 25 décembre était la fête la plus importante de l'an mithraïen: on fêtait la renaissance du "sol invinctus" (dieu invaincu). L'Eglise n'hésita pas à déclarer le Christ "sol invinctus".
Les chrétiens procédèrent de la même manière au cours de l'évangélisation d'autres peuples: la fête de Noël fut transférée aux jours de fêtes païens importants, tels que la fête de Jul chez les germains. L'objectif restait le même: faciliter le passage de la coutume païenne à la foi chrétienne.

Un élément facilita cette démarche: il s'avérait impossible de fixer une date précise pour la naissance du Christ, car à l'époque il n'existait pas de calendrier universellement valable. La plupart des chrétiens furent vite persuadés que la date de la naissance du Christ était le 25 décembre.

On s'interrogea sur la manière dont on allait célébrer l'événement. Les autorités ecclésiastiques s'accommodèrent globalement de l'esprit des saturnales. Même si ces fêtes exubérantes choquaient un peu les moeurs chrétiennes, il ne fut pourtant pas impossible de concilier les deux rites. En effet beaucoup d'éléments de la fête païenne s'adaptaient aisément au nouveau cadre chrétien. Il ne fut pas difficile, par exemple, de créer un lien entre le houx aux feuilles piquantes et la couronne d'épines du Christ.

Voici donc comment, une fois encore, l'Église Catholique rusa pour faire disparaître les traditions religieuses adverses.  Alors, n'oubliez pas que ce que vous fêtez aujourd'hui n'est as la naissance du Christ mais bien le retour de la lumière...

Joyeux Noël à tous !

(www.joyeuse-fete.com)