Par une belle journèe de printemps, un moine longeait une rivière. Soudain, il entendit un coassement énorme, provenant d'une gerbe de roseaux. Il s'approcha et vit q'un crapaud était à l'origine de ce vacarme. Il était pris dans les mâchoires d'un serpent mais ce dernier, ayant sous-estimé la taille de sa proie, n'arrivait pas à l'avaler. Le crapaud était bloqué. Le serpent ne pouvait ni le rejeter ni l'ingurgiter. Le lendemain et le surlendemain, le crapaud coassait toujours. Il fallut trois jours au serpent pour faire taire sa proie.
" Si cela avait été un cobra, pensa le moine, il aurait mordu le crapaud tout de suite et celui-ci serait mort sur le champ. "


On peut facilement trouver des applications de cette histoire de Ramakrishna dans la vie pratique. Par exemple, des personnes entrent dans des écoles, cours, sectes ou autres pour suivre des techniques d'évolution personnelle… En fait, elles entrent dans la gueule du serpent. Celui-ci les retient pendant des mois et mêmes des années sans jamais leur donner le coup qui va les transformer. Ces même personnes peuvent parfois faire le travail avec un cobra qui leur porte un seul coup et les aident à accomplir leur prise de conscience immédiatement.
Nous-même, de temps à autre, il nous arrive de jouer les crapauds. Nous nous disons :
 
" Dois-je ou non arrêter de voir cette personne ? A chaque fois que je la rencontre, elle me donne des coups de pieds et je vis mal. "
Ou : " Mon travail ne me correspond pas. Est-ce que j'en cherche un autre ou pas ? "
Ou : " Je vis dans une maison que je n'aime pas… "
Ou : " Je suis en train de vivre une vie que je n'aime pas... "
 
Au lieu d'être comme un crapaud prisonnier dans la gueule d'un serpent et au lieu de ne pas prendre de décision, il faut tout de suite devenir cobra et se dire :
" Le changement, je le fais tout de suite, ici et maintenant ! "
" Je fume trop. J'arrête tout de suite ! "
" Je suis dans un bar en train de boire. En fait je sombre dans l'alcoolisme. Je me reprends tout de suite ! J'arrête de boire ! "
" Je dois allé chez le dentiste, j'y vais tout de suite ! "
" Cette relation me fait mal, O.K., je la coupe ! "
 
Si Gauguin n'avait pas fait cela, il serait resté employé de banque jusqu'à la fin de sa vie. Un jour, il s'est dit: " Ca suffit ! Je pars ! " et il est devenu Gauguin.


Alejandro Jodorowski : " La sagesse des contes "