Rares sont les études qui se sont intéressées au fonctionnement de la télévision et à ses effets sur le cerveau du point de vue du citoyen. Comment la télévision prépare-t-elle le téléspectateur à ingérer ses contenus ? quelle fascination exerce-t-elle ? Après plus de quarante ans de programmes de masse, elle aurait dû lasser déjà. Or le constat est inverse : elle ne lasse pas. Pire, elle intoxique. Elle enchaîne les foyers, colonise les pensées quotidiennes, s’implante dans les espaces publics, après avoir déjà largement modifié l’espace social et familial. Constat global de ces études : la télévision affaiblit la capacité d’attention, engendre un état d’hypnose sous couvert de relaxation, elle se passe de l’activité intelligente, critique, l’altère même, mettant les neurones au repos. Une détente favorable à une imprégnation efficace par les contenus publicitaires et autres messages de propagande. Sans se focaliser sur les contenus, et le monde parallèle dans lequel emmène la télévision, certaines de ces études montrent que chez l’enfant, une exposition précoce et répétée à la télévision empêche sa construction psychique. Une question de médium, plus que de programmes. Voici le détail de quelques études - restées discrètes, et pour cause.

Un état de sommeil éveillé

En 2001, le journaliste Luc Mariot révélait au public le produit d’une enquête sur le tube cathodique, autrement dit la télévision, dans le film « Le tube », de Peter Entell (coproduit notamment par Arte).
Parmi les expériences menées, le journaliste assiste à The Fordham Experiment, réalisée par le fils de McLuhan et qui consiste à montrer qu’un film regardé à la télévision ou au cinéma n’est pas perçu de la même manière (il forme deux groupes). Lumière réfléchie (cinéma) et lumière directe (écran, télévision) n’ont pas les mêmes effets sur le corps et l’esprit. Dans le groupe télévision, le téléspectateur est ni plus ni moins l’écran sur lequel est projetée la lumière et vit le contenu des programmes avec une imprégnation émotionnelle plus forte, avec une perte du sentiment d’extériorité des scènes regardées. Cette lumière directe donne aux images télévisées le pouvoir d’envahir l’esprit comme dans un rêve, en neutralisant l’activité critique. D’une autre manière, le neurologue américain Thomas Mulholland, montre, lui, sur la base d’électroencéphalogrammes (EEG), que la télévision plonge dans un état de somnolence, de léthargie du cerveau. Du fait de la suspension d’activité du cerveau, celui-ci est mis, face aux images projetées, dans un état d’hypnose. Contrairement à son hypothèse de départ, qui était de considérer que le cerveau était en état d’activité face à la télévision (ce qui aurait dessiné des ondes bêta sur l’EEG), l’EEG dessine des ondes alpha. Ces ondes sont celles que l’on observe lorsque l’être humain ne fait rien. Moins le cerveau travaille, plus il produit des ondes alpha. En revanche, lorsque l’on fixe son attention, il n’y a plus d’ondes alpha. Un pas de plus est franchi, la télévision provoque un état de somnolence proche de celui de l’hypnose.

Pour sa part, l’ancien publicitaire Herbert Krugman, va encore plus loin en comparant la télévision à certaines techniques de lavage de cerveau employées par les militaires. Il rapporte des expériences en usage pendant la guerre de Corée (ex. plonger le corps dans l’eau à température du corps pendant des heures et empêcher la personne de toucher quoi que ce soit). Selon lui, de telles techniques s’appuient sur une phase de désensorialisation très semblable à l’état de désensorialisation causé par la télévision. L’image télévisuelle est en effet pauvre en données sensorielles, conduisant à faire perdre au téléspectateur le sentiment de son corps. Dans le cas du lavage de cerveau, la perte des repères sensoriels par lesquels la personne se reconnaît elle-même est la phase préparatoire du changement imposé à son monde mental. Dans le cas de la télévision, les images plongent le téléspectateur dans un sommeil éveillé, où l’identité se dissout (notamment la réalité d’un imaginaire personnel et singulier) et auquel elles fournissent les rêves. Directeur de recherche pour des publicitaires, Herbert Krugman avait été embauché dans les années 1960 par General Electric (producteur de tubes cathodiques) pour démentir des thèses qui auraient pu porter de l’ombre à la télévision, mais il n’a fait que confirmer à sa manière ce qu’écrivait McLuhan… En 1964, le philosophe Marshall McLuhan avait publié « Pour comprendre les médias », expliquant que la télévision était un vecteur privilégié des messages publicitaires parce qu’elle était capable de faire tomber le sentiment d’extériorité des scènes regardées, comme si elle était une extension du cerveau. Le message passe, en colonisant la pensée du téléspectateur parce qu’il est de même nature que son imaginaire. La différence étant, bien sûr, que ce n’est plus son inconscient qui produit les images, mais qu’elles proviennent d’un univers qu’il ne contrôle pas. Cet univers est en outre capable de se supplanter à sa propre activité mentale et dans le même temps d’uniformiser sa pensée avec celle des autres téléspectateurs.

Ainsi détendre, faire rire ou faire pleurer, au fil des émissions, prépare le cerveau à somnoler dans l’attente aussitôt assouvie d’épisodes qui se succèdent, tout en éteignant l’activité critique (ce qui est le cas d’une majorité d’émissions). Ce qui évoque la bévue de Le Lay au sujet de la mission de TF1 de préparer au mieux le cerveau pour les publicitaires et de leur vendre « du temps de cerveau disponible ». C’est dans les années 1960 que ce potentiel du média télévisuel est découvert et employé par les publicitaires. Depuis, la télévision fabrique largement de la passivité par des émissions qui se passent de réflexion afin que les spots atteignent leurs objectifs avec un maximum d’efficacité. Le téléspectateur, passif devant son écran, ne va opposer aucune résistance au conditionnement publicitaire.

Des enjeux de santé publique

Et les enfants ? C’est plus récemment que la publicité a ciblé sans scrupule le cerveau des bébés. Pour certains, cela correspond à une baisse d’audience chez les adolescents, plus attirés par des jeux vidéo et l’Internet (dont les effets sur l’individu ne sont pas très différents de ceux de la télévision). Or des études faites sur des tout-petits montrent le danger de placer de façon répétée un bébé face aux images qui bougent sur l’écran [1]. La plus importante de ces études est celle publiée en 2007 dans la revue américaine « Pediatrics » par deux chercheurs de l’université de Washington (Seattle), Dimitri Christakis et Frederick Zimmerman. Sur un panel de 3300 familles, elle révèle que l’exposition à la télévision avant 3 ans engendre quelques années plus tard des troubles de l’attention définis dans la nosographie américaine comme ceux du « deficit attention disorder » (TDAH. Cf. les troubles du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité stigmatisés notamment dans les écoles). L’étude confirmait l’hypothèse selon laquelle la consommation audiovisuelle précoce engendre une modification de la synaptogenèse, c’est-à-dire de la formation du cerveau infantile et de son appareil psychique. [...]

(par Louise Renard, http://www.hns-info.net/spip.php?article17532)

hypnose