pensées et réflexions

30 novembre 2009

Le bonheur se trouve...

On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s'être marié, après avoir eu un enfant, et ensuite, après en avoir eu un autre... Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront. On est alors convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape. On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite...


La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent. Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce? La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer. Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant  qu'il est encore temps.


Pendant longtemps, j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer, 'La Vraie Vie!'
Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors la vie allait commencer ! ! ! ! Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma  vie. Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène  au bonheur. Le bonheur est le chemin...


Ainsi passe chaque moment que nous avons et plus encore: quand on partage ce moment avec quelqu'un de spécial, suffisamment spécial  pour partager notre temps et, que l'on se rappelle que le temps n'attend pas.

Alors, il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver, pour décider qu'il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux.


LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION !


Il n'en faut pas beaucoup pour être heureux. Il suffit juste d'apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l'un des meilleurs moments de sa vie.  

(la source de ce texte est inconnue)

Posté par Regis à 12:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


23 novembre 2009

et vous ? Sirène ou baleine ?

Il y a quelques mois, dans une ville en France, une affiche, avec une jeune fille spectaculaire, sur la vitrine d'un gymnase, disait:


« CET ÉTÉ VEUX-TU ÊTRE SIRÈNE OU BALEINE ? »


Il paraîtrait qu'une femme d'âge moyen, dont les caractéristiques physiques ne sont pas connues, a répondu à la question publicitaire en ces termes:

Chers Messieurs,


Les baleines sont toujours entourées d'amis (dauphins, lions de mer, humains curieux). Elles ont une vie sexuelle très active, elles ont des baleineaux très câlins qu’elles allaitent tendrement. Elles s’amusent comme des folles avec les dauphins et s’empiffrent de crevettes grises. Elles jouent et nagent en sillonnant les mers, en découvrant des lieux aussi admirables que la Patagonie, la mer de Barents ou les récifs de corail de Polynésie. Les baleines chantent très bien et enregistrent même des cd. Elles sont impressionnantes et n'ont d’autres prédateurs que l’homme. Elles sont aimées, défendues et admirées par presque tout le monde.

Les sirènes n'existent pas ! ET si elles existaient elles feraient la file dans les consultations des psychanalystes parce qu'elles auraient un grave problème de personnalité « femme ou poisson ? ». Elles n'ont pas de la vie sexuelle parce qu'elles tuent les hommes qui s'approchent d’elles, Ils feraient comment d’ailleurs ?! Donc elles n'ont pas non plus d’enfants. Elles sont jolies, c'est vrai, mais isolées et tristes. En outre qui voudrait s'approcher d’une fille qui sent le poisson ? Moi c’est clair, je veux être une baleine !

P.S. : À cette époque où les médias nous mettent dans la tête l'idée que seulement celles qui sont minces sont belles, je préfère profiter d’une glace avec mes enfants, d’un bon dîner avec un homme qui me fait vibrer, d'un café avec des gâteaux avec mes amis. Avec le temps nous gagnons du poids parce qu’en accumulant tant d'information dans la tête, quand il n'y a plus d'autre emplacement, il se redistribue dans le reste du corps, donc nous ne sommes pas grosses, nous sommes énormément cultivées.

A partir d’aujourd'hui quand je verrai mes fesses dans un  miroir je penserai
, "mon dieu, mais que je suis intelligente… mdr".

Posté par Regis à 07:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 novembre 2009

découvrir le monde

Le sage peut découvrir le monde sans franchir sa porte.

Il voit sans regarder, accomplit sans agir.

human_asking_universe

Posté par Regis à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2009

A la recherche du dirigeant parfait

Voici un petit questionnaire qui présente le profil de trois dirigeants d’envergure internationale qui ont vécu à la même époque. Selon vous, quel est le meilleur dirigeant, d’après les données suivantes ?

Candidat A : a fréquenté des guérisseurs, consultait fréquemment des astrologues. Il avait deux maîtresses. Sa femme était lesbienne. Il fumait beaucoup. Il buvait de huit à dix martinis par jour.

Candidat B : n’arrivait pas à garder un emploi, à cause de son arrogance. Il dormait toute la matinée. Il prit de l’opium au collège, et fut toujours considéré comme un mauvais élève. Il buvait un verre de cognac tous les matins.

Candidat C : fut décoré comme un héros. Il était végétarien. Il ne fumait pas. Il avait une discipline exemplaire. Occasionnellement il buvait une bière. Il resta avec la même femme dans les moments de gloire et les moments de défaite.

Quelle est votre réponse ?

 

A) Franklin D.  Roosevelt.

B) Winston Churchill.

C) Adolf Hitler.

Posté par Regis à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 novembre 2009

Quel est le prix à payer ?

« Le prix à payer pour vivre un rêve est-il beaucoup plus élevé que ce qu’il en coûte de vivre sans se risquer à rêver ? » demanda le disciple.

Le maître l’emmena dans une boutique de vêtements. Là, il lui fit essayer un costume exactement à sa taille. Le disciple obéit, et fut émerveillé par la qualité du vêtement.

Ensuite, le maître lui demanda d’essayer le même costume – mais d’une taille très supérieure à la sienne. Le disciple le fit.

« Celui-là ne va pas. Il est trop grand.

– Combien coûtent ces costumes ? demanda le maître au vendeur.

– Ils coûtent tous les deux le même prix. Seule la taille est différente. »

À la sortie de la boutique, le maître déclara à son disciple :

« Vivre le rêve, ou abandonner le rêve, cela coûte aussi le même prix, en général très cher. Mais la première attitude nous mène à communier avec le miracle de la vie, et la seconde ne nous sert à rien. »

http://paulocoelhoblog.com/guerrierdelumiere/30.09.2009/en-quete-du-reve/

man_s_dream

Posté par Regis à 17:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


08 novembre 2009

la sagesse c'est...

sage est celui qui garde son calme dans le malheur,
ne s'enorgueillit pas dans l'aisance,
ne se montre pas lâche dans le danger.


Posté par Regis à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2009

l'été indien

LÉGENDE HURONNE

Pourquoi les feuilles rougissent-elles en automne?

Dans le mois des feuilles qui tombent, l'arbre qui donne le sucre devient couleur de sang. Vous autres, les Blancs, prétendez que c'est à cause du froid, mais les Hurons, nos pères, expliquaient la chose d'une autre façon.

Ils racontaient qu'autrefois hommes et animaux voyageaient librement entre notre île flottante que supporte la Grande Tortue et la Terre d'un haut qui est le domaine de la Petite Tortue. Ils montaient et descendaient à l'aide du pont de toutes les couleurs que vous appelez arc-en-ciel. 

Ici ou là-haut, ils ne faisaient que se promener et jouer; afin d'éviter la guerre et les querelles, le Grand Esprit leur avait ôté la faim et la soif. Il faisait aussi durer les mois chauds toute l'année de sorte que les hommes n'avaient pas besoin de prendre aux animaux leur robe de fourrure.

Sur l'île de la Grande Tortue et sur la terre de la Petite Tortue tout alla bien pendant un nombre incalculable de lunes; jusqu'au jour où Rat - chez qui loge depuis l'esprit de Taouéskaré, le mauvais frère - proposa de jouer à qui volerait le plus haut chez les oiseaux et à qui courrait le plus vite parmi les animaux de la forêt.

Alouette qui porte une demi-lune noire sur la gorge, monta la première en chantant son chant d'amour et on la perdit bientôt de vue, mais Faucon, qui était juge, fit une marque dans le ciel à l'endroit où elle s'était arrêtée avant de descendre.

Après Alouette, Martin-pêcheur, Gelinotte et Harle se vantèrent de pouvoir faire mieux, mais tous les animaux purent voir qu'ils en étaient incapables et à leur retour, pour les moquer, on leur tira un peu les cheveux. Ils les ont encore droit sur la tête.

Vint le tour d'Aigle.  Une fois au-dessus des arbres,  il se mit à tourner lentement, s'élevant un peu plus haut à chaque tour, si bien que Faucon - qui a pourtant de bons yeux - finit par le perdre de vue. Il descendit dire aux autres que l'aigle était l'oiseau qui volait le plus haut, ce que tous savaient déjà.

Mais quand Aigle revint sur notre île, le dos encore humide d'avoir frôlé les nuages, Roitelet qui s'était caché sous les plumes de son cou sortit de sa cachette en s'ébrouant et réclama la victoire sous prétexte que tout le temps il avait été au-dessus de celui qui le portait. Faucon le fit taire d'un coup d'aile qui l'étourdit et l'empêche depuis de voler haut.

La course des animaux de la forêt fut ensuite disputée. Mohouse, l'élan, Oua-oîia-ché-guèche, le cerf, Wapouse, le lièvre, Méchi-gan, le loup, Mishi-biji, le cougouar et Ah-tik, le caribou, partirent ensemble, mais à la surprise générale ce fut le lièvre qui arriva le premier. Il faut dire que Oua-kouse, le renard, pour jouer un tour aux autres, lui avait fait placer ses frères tout le long du parcours. Le dernier n'eut que quelques sauts à faire pour battre le cerf qui était loin en avant de ceux qui avaient pris le départ avec lui.

Cette fois Ours était juge et Mokwa, on le sait, a la vue basse. Ne pouvant distinguer un frère lièvre d'un autre, il proclama vainqueur celui qui avait franchi la ligne d'arrivée. Le cerf en fut fâché. Sans mot dire il quitta l'assemblée et sans attendre les autres remonta dans la Terre d'en haut par le pont de toutes les couleurs.

Sa conduite déplut à Ours qui le suivit pour lui faire des remontrances. Au lieu de s'expliquer avec lui, Cerf hérissa le poil sur son dos et chargea son compagnon tête baissée. Mokwa se défendit de son mieux, mais il fut blessé à plusieurs endroits et il aurait peut-être été tué si Loup qui l'avait suivi n'avait pris sa part et chassé Cerf.

Poursuivi par Loup qui est demeuré depuis son plus dangereux ennemi Oua-oua-ché-guèche se sauva et ses bois, couverts du sang d'Ours, dégoulinèrent sur les feuilles des arbres à sucre. Depuis, elles prennent tous les ans la couleur du premier sang versé sur la terre.

 

Ainsi l'a ordonné le Grand Esprit afin que les animaux se rappellent comment eux-mêmes mirent fin à la Grande Trêve et que les hommes profitent de la leçon. Et pour punir Cerf, le Grand Esprit a aussi voulu que lorsque les feuilles rouges seront tombées depuis deux lunes, Cerf perde aussi ses bois et soit livré sans défense à Loup.

Regis_019

 

Posté par Regis à 20:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 octobre 2009

Pourquoi je ne me ferai pas vacciner contre la grippe AH1N1

Face à l’avalanche d’informations alarmantes et alarmistes au sujet de la grippe AH1N1 et de son vaccin, il est très difficile de faire la part des choses entre le positivisme béat des uns (parmi lesquels les gouvernements et les agences sanitaires publiques) et le négativisme paranoïaque des autres. Après avoir lu pas mal d’articles pour et contre la vaccination, j’en suis arrivé à la conclusion (qui n’engage que moi) que le vaccin contre AH1N1 ne présente un intérêt que pour les personnes à risques, c'est-à-dire les personnes dont le système immunitaire est déjà affaibli par une maladie chronique ou des traitements lourds (comme la chimiothérapie). Pour ces personnes, les avantages de la vaccination apparaissent supérieurs aux inconvénients. Pour les autres en revanche, c'est-à-dire les personnes en bonne santé, les risques potentiels encourus lors de la vaccination semblent plus nombreux que les bénéfices potentiels. C’est pourquoi, j’éviterai pour ma part de me faire vacciner malgré l’alarmisme des médias et des gouvernements.

Je recommande aux personnes souhaitant se faire un avis posé sur ces questions d’aller visiter le site suivant que je trouve très bien fait. 

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/09/07/grippe-a-h1n1-pandemique-et-vaccin-adjuvante-au-squalene-une1.html

Et aussi: http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccination-H1N1-mefiance-des.html

Voici en résumé les principales raisons qui m’incitent à refuser le vaccin contre AH1N1: 

  1. Au prétexte de l’urgence pandémique, le vaccin n’a pas subi les contrôles sanitaires imposés habituellement aux nouveaux médicaments. Ces contrôles ont pour but de déterminer l’efficacité et l’innocuité sur la santé humaine de tout nouveau médicament ou vaccin mis sur le marché, ainsi que l’absence d’effets secondaires dangereux. Ces contrôles durent habituellement de 6 mois à un an et sont normalement obligatoires mais dans le cas du vaccin contre le virus AH1N1, ces contrôles sont toujours en cours et les résultats ne seront achevés que dans plusieurs mois. Conclusion : on ignore, officiellement, les effets secondaires potentiels du nouveau vaccin sur la santé des personnes vaccinées, et notamment sur les femmes enceintes et les enfants.

 

  1. Le vaccin inclut dans sa composition un nombre de substances potentiellement toxiques tels que:
    1. un dérivé du squalène, substance connue comme pouvant causer des maladies auto-immunes dont la polyarthrite rhumatoïde. Il est d’ailleurs à noter que des cas de maladies auto-immunes ont été retrouvés lors des premiers essais cliniques du vaccin chez les enfants et chez les personnes âgées
    2. du thiomersal, substance contenant du mercure qui entrait dans la composition des vaccins par le passé mais qui a été abandonnée depuis lors en raison de ses effets secondaires importants sur la santé humaine.
    3. des oxydes d’aluminium. Ceux-ci sont également contenus dans d’autres vaccins (comme celui contre le tétanos) mais leur innocuité n’a jamais été vraiment démontrée, quoi qu’en disent les agences sanitaires.


  1. La vaccination a lieu trop tard pour être vraiment efficace. Au contraire, elle risque même d’être contre-productive selon moi. Il faut bien comprendre le principe de la vaccination: il s’agit d’injecter à une personne une certaine quantité de virus afin que celui-ci s’attaque à l’organisme de la personne et déclenche une réaction de son système immunitaire qui va produire les anticorps adéquats. Afin de ne pas rendre (trop) malade la personne, le virus contenu dans le vaccin va donc être préalablement affaibli afin de le rendre moins virulent. Il n’empêche que le principe de base d’un vaccin reste de rendre une personne légèrement malade pour lui éviter d’être très malade dans le futur. En outre, cette réponse immunitaire n’est pas instantanée et il faut de 10 à 15 jours, dans le cas de la grippe, pour que la personne vaccinée développe les anticorps et soit protégée. Dans le cas du vaccin contre le virus H1N1 cependant, l’urgence dans laquelle les vaccins ont dû être préparés, ainsi que l’énorme quantité demandée par les gouvernements du monde entier, a posé un problème important: il n’a pas été possible de produire suffisamment de virus pour mettre dans tout les vaccins. Les entreprises pharmaceutiques ont donc dû mettre des quantités plus faibles de virus dans les vaccins. Cependant, comme la quantité risquait d’être trop faible pour déclencher la réaction immunitaire chez la personne vaccinée, ils ont ajouté au vaccin des substances chimiques qui ont pour but d’affaiblir le système immunitaire de la personne afin de les rendre plus vulnérables au virus contenu dans le vaccin. Ce sont les fameux adjuvants déjà mentionnés plus haut.

Par conséquent, durant les deux semaines qui suivent la vaccination avec le vaccin à adjuvants, non seulement la personne vaccinée n’est pas protégée contre le virus, car elle n’a pas encore eu le temps de produire les anticorps, mais en plus son système immunitaire est fortement affaibli par les adjuvants et/ou le virus contenu dans le vaccin. Les risques d’attraper le virus durant cette période ne sont donc pas réduits mais au contraire accrus ! C'est pourquoi la vaccination doit se faire impérativement AVANT d’aller dans une zone à risque.  Or, dans de nombreux pays (France, Belgique, Canada, USA), la vaccination des personnes en bonne santé ne commencera pas avant la mi-novembre au plus tôt, c'est-à-dire lorsque le virus sera déjà bien installé dans notre environnement. Dans ce contexte, il est hors de question pour moi d’aller affaiblir mes défenses immunitaires avec le vaccin au moment où mon corps doit au contraire être à 100% pour résister à l’épidémie.

 

  1. Enfin, selon l’OMS, la grippe H1N1 a causé la mort de 4100 personnes à travers le monde depuis son apparition l’an dernier. En comparaison, la grippe saisonnière cause chaque année entre 250000 et 500000 décès ! Au vu de la situation actuelle, la grippe AH1N1 est donc nettement moins dangereuse que la simple grippe et il n’y a aucune raison de parler de pandémie mortelle comme le font l’OMS, les agences sanitaires et les compagnies pharmaceutiques. Ce catastrophisme semble plutôt être un prétexte pour ces mêmes organismes pour débloquer des fonds, financer leurs recherches ou leurs produits et faire des profits faramineux (par exemple, l’OMS a modifié sa définition d’une « pandémie » afin de pouvoir l’appliquer à la grippe porcine AH1N1. Sans cette modification, le nombre de morts n’était en effet pas assez important pour la définir comme telle ni pour déclencher les plans      anti-pandémiques mondiaux. Rien que cet élément en dit long sur l’impartialité de l’OMS !).

En conclusion, les risques et les incertitudes concernant ce vaccin m’apparaissent plus importants que les bénéfices et ne méritent donc pas de prendre un tel risque. Je rappelle cependant que cette conclusion ne concerne que les personnes en bonne santé. Pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli par des maladies chroniques ou des traitements médicaux (chimiothérapie ou autre), la vaccination reste fortement recommandée car les risques encourus en cas de non vaccination sont aussi élevés, si non plus, que les risques encourus en cas de vaccination.

Posté par Regis à 10:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 octobre 2009

chemins de vie

Notre vie est une seule route derrière nous
mais une multitude devant nous

crossroad_wt2

Posté par Regis à 08:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 avril 2009

Récolte

Lorsque l'être humain sème une pensée, il récolte un acte.
Lorsqu'il sème un acte, il récolte une habitude.
Lorsqu'il sème une habitude, il récolte un caractère.
Lorsqu'il sème un caractère, il récolte la destinée correspondante.


pissenlit

Posté par Regis à 03:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]